Je m’appelle Yann, je suis Ostéopathe à Nice et vais vous parler de ce qu’est une crise d’angoisse et la raison de son apparition.

En vous parlant de ceci, je vous exposerai ma vision du corps et de la santé mais aussi mon rôle lorsque vous venez me consulter au cabinet.

Pour une meilleure compréhension du sujet nous allons aborder différents points importants.

La crise d’angoisse : phénomène de société moderne

Nous vivons dans une société ou le besoin de performance est partout : réussite sociale, idéalisation de la famille modèle, culte du l’apparence physique, etc…

Notre époque hyper-connectée via les réseaux sociaux nous a amenée à nous comparer constamment les uns aux autres pour savoir qui à la vie la plus fun, la plus drôle, la plus réussie professionnellement, la plus épanouie et cela nous pousse à cacher une grande partie de nous pour nous créer une « image » de ce que l’on veut montrer aux autres : « le paraître a pris le dessus sur l’être ».

Le problème est que cela nous pousse à toujours plus de compétition, à nous comparer aux autres au détriment de notre bien-être : vivre en fonction du regard des autres et de la vie qu’ils ont ou plutôt prétendent avoir parfois…

Nous ne vivons plus pour nous même mais pour l’image que l’on veut donner aux autres, que cela soit dans l’amitié, le sentimental, le familial ou le professionnel.

L’anxiété naturelle 

Le mot anxiété est perçu négativement dans notre société alors qu’elle est importante dans notre quotidien.

En effet, l’anxiété est une réaction naturelle de notre corps nous permettant de faire face aux événements et tâches quotidiennes dans un but de résilience.

Elle nous permet d’améliorer nos capacités de réactions et décisions et ainsi être plus performant et efficace : cette anxiété est qualifiée de « Saine ».

Hors, lorsque celle-ci est trop fréquente, envahissante voir constante,  on parle d’anxiété pathologique et cette dernière prends l’ascendant ainsi que le contrôle de notre vie et nous fait perdre notre « lâcher prise » au détriment du « contrôle »

L’anxiété va gouverner et contrôler tous vos faits et gestes pour vous freiner,  vous ronger : « vous êtes constamment dans l’anticipation des événements ».

La triade réactionnelle

L’anxiété « saine » fait partie de notre quotidien et se conduit comme sur le schéma ci-joint.

1-Evénements

Ce sont les évènements du quotidien diverses et variés auxquels nous sommes confrontés chaque jour.

Du simple au plus complexe, qu’ils soient familiaux, personnels, professionnels ou autres.

2-interpretations

C’est la manière dont l’ont aborde et ressent l’évènement auquel nous sommes confrontés : il est différent selon les personnes.

Ex : je me fais rayer ma voiture : certaines personnes n’y prêteront aucune attention, d’autre en seront ravi car c’est une occasion de changer la peinture qu’il avait en tête depuis un moment quand d’autres se diront qu’ils sont maudits et malchanceux.

A chacun son interprétation

3-émotions/réactions corporelles

Correspond tout simplement à la manière qu’a votre corps de ressentir l’interprétation de l’évènement par des émotions et réactions.

Ex : la joie, la tristesse, un mal de ventre, un sommeil difficile, la colère etc…

La crise d’angoisse : définition

La crise d’angoisse (appelée aussi attaque de panique) est définie comme une sensation de catastrophe imminente et va provoquer une réaction angoissante chez la personne pouvant durer de quelques minutes à quelques heures et dont la fréquence d’apparition peut varier selon les personnes.

Les signes et manifestations la définissant sont nombreux mais les plus courant sont :

-sensation de gorge serrée

-crise de tachycardie

-difficulté à respirer

-hyperventilation

-Sudation excessive

-tremblement

-vision floue

-douleur abdominale vive et intense

-fourmillement dans les membres

Cette dernière nous met dans un état de détresse extrême et nous coupe de toute activité et lucidité.

Comment apparaît la crise d’angoisse ?

Reprenons le schéma précèdent.

Lorsque votre anxiété prend le dessus, le « contrôle » au détriment du « lâcher prise » alors votre charge émotionnelle devient trop lourde !

Votre corps va commencer à schinter l’étape 2 d’interprétation pour déclencher directement l’étape 3 émotionnelle et réactionnelle.

Exemple : vous avez eu une mauvaise expérience lorsque vous avez assisté à un concert comme un mouvement de foule par exemple ou vous vous êtes fait voler votre portefeuille : votre corps va réagir et vous faire ressentir une appréhension, une angoisse a l’approche du prochain concert ou une fois sur place (l’on peut ici parler de mémoire du corps ou encore de croyance inconsciente).

Le danger auquel vous avez été exposé précédemment va provoquer une réaction de votre corps afin de vous mettre en « défense », dans le but de ne pas vous faire revivre l’évènement négatif précédant et donc provoquer des réactions/émotions sans aucune interprétation consciente.(Alors que celui-ci n’est pas forcé de se reproduire)

Le problème est que votre corps va garder en mémoire cette croyance qui va devenir limitante à en faire disparaître parfois totalement l’étape 2 d’interprétation (cf article : « libérez-vous de vos croyances limitantes »)

Chez certaines personnes ces croyances vont devenir tellement invasives et nombreuses que le corps va se mettre en état d’alerte permanent !

Proie ou prédateur : La crise d’angoisse vous protège

Certaines peurs, appréhensions,craintes vont être identifiées par l’individu et celui-ci va rentrer dans une manœuvre d’évitement afin de ne pas être confronté à la situation qui  l’a mis dans ce ressenti négatif et de danger.

La personne concernée va restreindre son périmètre de vie et entrer dans une multitude de processus d’évitement. (Jusqu’à s’isoler parfois et déclencher des phobies : agoraphobie, sonophobie etc…)

S’il ne peut l’éviter, son corps va réagir et ira jusqu’à provoquer une crise d’angoisse.

Mais parfois il arrive que la crise d’angoisse apparaisse alors que la personne n’est pas confrontée à la situation, chose ou personne incriminée.

Votre corps agit pour vous protéger !

 Il ne voit pas le monde extérieur  comme vous pouvez le voir avec vos yeux, vos oreilles et autres sens de manière rationnelle. Il va ressentir parfois de manière anodine une angoisse et va par précaution vous déclencher une crise qui est… « protectrice »….

Pourquoi ?

Dans le monde animal, nous sommes tous proie ou prédateur à un instant T.

Soit le corps est en mode « repos » il  va s’alimenter, digérer,  se reposer ou va être en mouvement pour se déplacer et chasser.

Chaque danger potentiel (prédateur) va induire des réactions protectrices et de survie en mode « proie » afin d’assurer sa survie et son intégrité physique.

Le corps de l’animal va alors stopper toutes fonctions non nécessaires à la fuite et va accroitre les fonctions nécessaires à cette dernière (comme la digestion par exemple). Le rythme cardiaque va s’accélérer pour augmenter l’afflux sanguin vers les muscles et permettre ainsi de « fuir » plus vite.

Dans notre société, le corps humain réagit à l’identique sauf que le prédateur existe sous forme de contraintes sociétales, professionnel, sentimentale etc…et les réactions de fuite vont porter de nombreux noms dont la crise d’angoisse.

Cette dernière peut apparaitre comme dit précédemment sans même être face a l’élément déclencheur au même titre que l’animal qui va sursauter face au craquement d’une branche sans assurance de présence d’un prédateur.

L’homme moderne pourra même, en état de stress, déclencher des réactions digestives (constipation, diarrhées),  cardiaque (palpitations), pulmonaire (hyperventilation), psychosomatique.

PS : Si vous souhaitez poussez la curiosité de manière plus scientifique et médicale ce système chez l’être humain est gouverné par le système nerveux neuro végétatif (orthosympathique et parasympathique).

Quel est mon rôle en tant qu’ostéopathe ?

Mon rôle est double :

Ostéopathiquement, mon rôle sera de relâcher vos tensions et blocages afin de vous amener vers un « mieux être » notamment sur le sommeil, votre forme vitale et vos douleurs par exemple. Mais aussi vous aidez à comprendre les réactions de votre corps afin de vous rassurer et vous orienter vers la solution la plus efficace possible.

Nous vivons dans une société de consommations ou nous sommes habitués à acheter un résultat, un bien, un objet ou plus médicalement soigner « le symptôme plutôt que l’origine » (exemple : anti inflammatoire dans le cas de lombalgies).

Lorsque l’on est sujet aux crises d’angoisses (le mot angoisse porte bien son nom dans ces cas là) nous sommes obnubilé à les faire disparaitre ! les combattre les stopper ! Hors votre corps vous envoi un signe et il faut le comprendre.

Beaucoup de personnes souffrant de crises d’angoisse ont essayés des méthodes diverses et variées (hypnose, méditation, relaxation, plantes EMDR, EFT etc…) avec rarement une disparition totale des crises.

Le but n’est pas de faire disparaître la crise mais de l’accepter et comprendre ce qui l’a amené afin de faire disparaître le symptôme « crise d’angoisse » et  remettre en ordre les 3 étapes de la triade réactionnelle que nous avons abordé dans cet article.

Médicalement, le réapprentissage de cette triade se fait avec un psychologue ou un psychiatre en effectuant un TCC (thérapie comportementale cognitive) et les résultats sont très bons.

Conclusion

Je rencontre chaque jour au cabinet , énormément de patients souffrant de crise d’angoisse et il n’y a pas de “profil type”. C’est pourquoi il me tenait a coeur d’aborder ce sujet .

« La nature est bien faite, tant que nous n’avons pas compris la leçon, elle nous la répète”. 

Yann Serniclay Ostéopathe DO.